Koléa-Bône.net : Forum consacré à Koléa  : 


                

|
Auteur Sujet:   France-Algérie : une réconciliation est-elle possible ?
René BONNEL
 
  

posté le 02-Oct-2006 18:04             envoyer un email a René BONNEL               


Le week-end prochain des 6, 7 et 8 octobre, je participerai comme chaque année au festival du livre de Mouans-Sartoux, dans les Alpes-Maritimes. Depuis 1988, cette manifestation de grande audience rassemble environ 350 auteurs et près de 200 éditeurs. Un large public s?y retrouve autour d?une trentaine de débats et d?une centaine d?interviews.

« Hommes, femmes en quête de libertés », tel est le thème de cette année placée sous la présidence d?honneur d?Axel Khan.

Samedi 7 octobre, le programme annonce une table ronde sur le thème :


Algérie-France, les réconciliations sont-elles possibles ?

avec Benjamin Stora, Souâd Belhaddad, Fatima Besnaci-Lancou, Maïssa Bey, et Georges Morin, animé par Frank Nouchi du journal le Monde.

J?espère me libérer pour assister à ce débat et vous en faire le reportage dans cette rubrique que j?ai placée sur le forum de Koléa ¾ alors que le sujet en dépasse les frontières ¾ pour m?assurer de la modération des avis qui seront toujours les bienvenus dans leur diversité tant qu?ils contribueront à nous éclairer.

Enfin, l?Orchestre régional de Cannes - Provence-Alpes-Côte d?Azur et ses 43 musiciens, sous la direction de Philippe Bender, proposeront un concert exceptionnel accompagné de lectures de Retour à Tipasa, de mon cher Albert Camus, par Maïssa Bey.

Cette formule de concert littéraire avec l?orchestre régional a été inaugurée par votre serviteur le 19 novembre 2005. On m?avait demandé en effet d?écrire un dialogue entre deux comédiens (un adulte et une adolescente) pour tenter d?expliquer de la façon la plus simple et la plus pédagogique possible ce qu?on entend par « laïcité » aujourd?hui.

Ce texte a été acclamé par 600 spectateurs debout, de toutes confessions, de toutes opinions, de toutes origines, et beaucoup m?ont dit que la justesse des mots choisis leur avaient donné « la chair de poule ». C?est le plus beau compliment que l?on puisse faire à un auteur (anonyme), puisque de simples mots assemblés comme des notes ont suffi à transmettre l?émotion qu?il recherchait pour donner un autre accès au sens.

Pour reprendre ce qu?écrivait Titi récemment sur ce site : « Ça montre aux critiques que nous ne sommes pas QUE des mangeurs de merguez ! » Non, mais?



Ajouter une réponse


|
Auteur Sujet:  
karim
 
  

posté le 12-Dec-2010 19:27     envoyer un email a karim                     
La réconciliation est possible si les algeriens se conduisent comme l'émir Abdelkader.Pourquoi il n'a pas songé à se venger aprés sa sortie de prison en sauvant 12000 Chrétiens d'une mort certaine.Tout simplement en appliquant les prèceptes de l'Islam.ZORE MENE KATAAK.AATI MENE HARAMEK.ASMAH MENE DHALAMEK.Dieu pardonne et les humains ne pardonnent pas.Aprés 50 ans on emploie toujours le mot harki.En Algérie' le mot terrorisme à bien été remplacé par la tragédie nationale.Cherchant un autre mot à la place du mot harki. Sans rancune. Jai oublié de citer le pays le Liban.
hamid
 
  

posté le 13-Dec-2010 21:32     envoyer un email a hamid                     
A SI KARIM on tourne la page mais on la dechire pas je suis d'accord mais pardonner "jamais"
Wind
 
  

posté le 15-Dec-2010 09:06     envoyer un email a Wind                     
Jean-Claude Gaudin (Maire de Marseille) : «Tant qu?il n?y a pas de traité d?amitié?»
«Dans nos relations avec l?Algérie, nous sommes en avance par rapport à la diplomatie française.» C?est l?avis émis hier par le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, lors d?un point de presse à l?occasion de l?inauguration de la basilique Notre-Dame d?Afrique.
Soulignant les rapports étroits et de qualité liant les villes et les élus des deux rives, le maire de Marseille souligne : «Les liens que nous pouvons avoir avec le wali d?Alger sont les mêmes si nous étions au Maroc, en Tunisie ou en Israël.» Interrogé sur les pas que n?ose pas franchir la diplomatie française pour arriver à avoir des liens aussi privilégiés avec l?Algérie, le maire de Marseille indique que «tant que le traité d?amitié n?est pas signé entre les deux pays, on ne peut pas parler d?avancée de la part de la diplomatie.»
El Watan du 15/12/2010
karim
 
  

posté le 16-Dec-2010 10:58     envoyer un email a karim                     
Pourquoi ecrire alors que vous ne publiez pas ce que j'ecris.........?
karim
 
  

posté le 22-Dec-2010 19:17     envoyer un email a karim                     
La reconciliation ne peut se faire qu'avec les deux peuples.Je suis sure que nos resonsables des deux rives s'entendent trés bien.La preuve , ou vit Belaid Abdessalem,notre sympatique ghozali,djabbar etc .
la ligne est ouverte entre nos coeurs.
le peuple accueillera à bras ouvert tous les hommes épris de justice et de bonne volonté.Un proverbe Arab dit dhik fel cloub.je vais essayer de traduire approximativement. il nya que dans les coeurs qu'on se sent à l'étroit.
Demos
 
  

posté le 25-Dec-2010 09:05     envoyer un email a Demos                     
Dès le début de l?année 2010, de gros nuages se sont amoncelés, laissant présager de sombres orages politiques entre Alger et Paris. Aux malentendus et autres rendez-vous manqués se sont ajoutés les déclarations malhabiles de l?ancien ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, et les protestations fourbes à la sortie du film Hors-la-loi de Rachid Bouchareb au Festival de Cannes.
C?est que les blessures sont encore vivaces :bien que le FLN ait retiré son projet de loi criminalisant le colonialisme, les tensions perdurent au sujet du passé commun entre les deux pays. De l?autre côté de la Méditerranée, une fondation pour la mémoire, inscrite dans le cadre de la loi controversée du 23 février 2005, a vu le jour en octobre 2010. Sur le plan économique, la situation est un peu moins tendue. En dépit des plaintes geignardes des patrons français sur le verrouillage de la politique économique algérienne, l?année 2010 a été plutôt fructueuse: une dizaine de projets de partenariat ont été finalisés. Le complexe pétrochimique de Total - dont les discussions traînent depuis 2007 - devrait bientôt voir le jour, de même qu?une usine de verre de Saint- Gobain.
La visite récente du missi dominici de Sarkozy a permis de déverrouiller une partie des projets en suspens. Et l?on parle même d?une probable usine Renault en Algérie. Mais il semble que ce soit surtout les mots doucereux de Michelle Alliot
Marie qui ont participé à calmer les esprits, faisant même sortir Bouteflika du mutisme dans lequel il était plongé depuis le début de l?année. Compte-t-il se déplacer en France ? «Incha Allah», a-t-il lâché avec un grand sourire. Les relations entre l?Algérie et la France, qu?on a trop tendance à comparer aux rapports tumultueux d?un amour passionnel, reprendraient, promet-on, les chemins de la raison et du pragmatisme. Mais entre Alger et Paris, les rapports diplomatiques ne répondent pas à une logique bien définie et tout reste possible.
Amel B. El Watan du 25/12/2010
karim
 
  

posté le 11-Jan-2011 12:36     envoyer un email a karim                     
je viens de decouvrir recemment ce forum car avant je ne savais pas qu'ilexistait de cite sur kolea.
A mon humble avis ,je pense que la reconciliation se fera avec la deuxieme génération etla troisième génération ( c'est àdire ceux qui ne se sont pas fait la guére.)En un mot laisser le temps au temps qui effacera les mauvais souvenirs.Demander à un ancien moudjahid qui a connu les pires tortures en prison et qui partageait ses repas avec des chiens dréssés et prés à mordre ou un fils de chahid qui ne connait mème pas ou est enterré son père c'est perdre son temps.N'en parlant pas des français qui ont tout perdu en Algérie et qui ont eté obligés de de re faire leur vie ( c'est à dire repartir àzéro.)Chacun campera sur sa position et demandera à l'autre de demander le pardon.A mon avis chacun est libre avec sa conscience et ne demander le pardon qu'a dieu car c'est lui le seul qui peut pardonner .Il connait les intentions les dits etles nons dits.
Sans calculs et sans rancunes.
Ajouter une réponse


Retour au site Koléa-Bône.Net