Koléa-Bône.net : Forum consacré à Koléa  : 


                

|
Auteur Sujet:   INSECURITE
FAOUDA
 
  

posté le 07-Aug-2014 08:32             envoyer un email a FAOUDA               

Actualité Dimanche, 03 Août 2014 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir
Tipasa
Manifestation contre l’insécurité à Koléa
Par : Rédaction Nationale

Des dizaines de citoyens et commerçants de la ville de Koléa (Tipasa) ont pris part, hier, à une marche pacifique pour revendiquer plus de sécurité devant la “prolifération du crime urbain, du commerce informel et des parkings anarchiques” au niveau de leur cité, a constaté un journaliste de l’APS.
La marche, ayant regroupé près de 300 personnes encadrées par les services de la police, s’est ébranlée du cimetière de la ville vers la place publique du centre-ville de Koléa où les protestataires ont marqué une halte pour dénoncer “la prolifération du crime urbain, particulièrement les agressions physiques avec usage d’armes blanches”.
Les marcheurs ayant répondu à des appels de responsables de comités de quartiers et de représentants de commerçants ont insisté dans leurs slogans sur la nécessité de mettre un terme au “commerce parallèle” ainsi qu’aux “parkings informels”, avant de se disperser dans le calme. Des représentants des protestataires ont été accueillis à l’issue de la marche par le chef de la Sûreté de daïra de Koléa, le commissaire principal Mohammedi Ahmed.
Les parties réunies, représentées par le corps de la police, des membres de la société civile, des comités de quartiers et des représentants de commerçants, se sont accordées sur la nécessité de “coordonner leurs efforts et de travailler ensemble en vue de lutter contre toutes les formes de criminalité dans la ville de Koléa”. Dans un point de presse animé à l’issue de cette rencontre, le commissaire principal Mohammedi a signalé l’arrestation, durant les trois jours écoulés, de 22 personnes impliquées dans une “attaque” contre l’hôpital de Koléa, suite à des échauffourées entre deux groupes criminels de la ville de Fouka, dans la soirée de mercredi, soulignant que “la marche d’aujourd’hui a été motivée par cette affaire”.



Ajouter une réponse


|
Auteur Sujet:  
René BONNEL
 Administrateur Système
  1030 message(s)

posté le 07-Aug-2014 18:29     envoyer un email a René BONNEL                     

Nous connaissons la même chose dans beaucoup de nos villes françaises et les Français n'en peuvent plus. Je vois qu'en Algérie vous avez le courage de qualifier de "crimes urbains" ce qu'en France nous appelons pudiquement des "incivilités". Ne pas céder sa place dans l'autobus à une personne âgée ou une femme enceinte, c'est de l'incivilité. Attaquer à l'arme blanche, c'est un acte criminel.
Douifi
 
  

posté le 07-Aug-2014 18:46     envoyer un email a Douifi                     
A kolea crime route d'alger à 10 h du matin dans un
magasin , une 20 taine de vols de maison durant la
seule journée de l'AID , la population doit se
prendre en main rapidement sinon c'est la
catastrophe.
DEMOS Cratos
 
  

posté le 07-Aug-2014 19:49     envoyer un email a DEMOS Cratos                     
Aujourd'hui la ville de KOLEA est envahie de va-nu-pieds qui petit à petit s'installent et instaurent un climat d'insécurité que jamais auparavant n'a été vu dans notre cité si paisible dans le passé.
Faut-il se taire et se terrer chez soi en se barricadant du matin au soir ou il est temps que chacun de nous prenne son courage à deux mains, pour affronter cette peur et contribuer ainsi à la démocratie participative en se constituant en C.I.Q (Comité d'Intérêt de Quartier) pour critiquer le laisser aller de nos élu(e)s , c'est à dire dénoncer cette démocratie représentative si inerte devant nos doléances et de pointer du doigt notre administration si laxiste ces dernières années, et ainsi arriver à forçer les autorités locales de prendre les dispositions qui s'imposent pour faire renaître la quiétude dans notre charmante cité.
On voit bien que le laxisme de l'administration de ces dernières années a eu des conséquences graves sur notre ville; mais, exaspérés par l’empilement des faits graves, les KOLEATENS ont bougé dimanche dernier et de passage à Koléa ce jour là, je n'ai pas raté cette occasion pour marcher avec eux.
Signé DEMOS Cratos

Suit copie de l'article sur KOLEA :
Quotidien Le Soir Algérie Faits divers Page 9 Lundi 4 août 2014

Une marche pour revendiquer plus de sécurité à Koléa

Des dizaines de citoyens et commerçants de la ville de Koléa (Tipasa) ont pris part, samedi, à une marche pacifique pour revendiquer plus de sécurité devant la «prolifération du crime urbain, du commerce informel et des parkings anarchiques» au niveau de leur cité.

La marche, ayant regroupé près de 300 personnes encadrées par les services de police, s’est ébranlée à partir du cimetière de la ville vers la place publique du centre-ville de Koléa, où les protestataires ont marqué une halte pour dénoncer «la prolifération du crime urbain, particulièrement les agressions physiques avec l’usage d’armes blanches».
Les marcheurs ayant répondu à des appels de responsables de comités de quartier et de représentants de commerçants, ont insisté dans leurs slogans sur la nécessité de mettre un terme au «commerce parallèle» ainsi qu’aux «parkings informels», avant de se séparer dans le calme. Des représentants des protestataires ont été reçus à l’issue de la marche par le chef de la Sûreté de daïra de Koléa, le commissaire principal Mohammedi Ahmed.
Les parties réunies, représentées par le corps de la police, des membres de la société civile, des comités de quartier et des représentants de commerçants, se sont accordées sur la nécessité de «coordonner leurs efforts et de travailler ensemble en vue de lutter contre toutes les formes de criminalité dans la ville de Koléa». Dans un point de presse animé à l’issue de cette rencontre, le commissaire principal Mohammedi a signalé l’arrestation, durant les trois jours écoulés, de 22 personnes impliquées dans une «attaque» contre l’hôpital de Koléa, suite à des échauffourées entre deux groupes criminels de la ville de Fouka, dans la soirée de mercredi, soulignant que «la marche d’aujourd’hui a été motivée par cette affaire». Il a, néanmoins, affirmé que les «indices de criminalité à Koléa ne sont pas si préoccupants», car il s’agit de «groupes de jeunes délinquants issus de l’extérieur de la région, qui ont jeté leur dévolu sur cette ville, à cause de l’activité commerciale intense qu’elle enregistreconjuguée au fait qu’elle est considérée comme un point de transit entre trois wilayas (Blida, Tipasa et
Alger)». «Nous n’avons pas enregistré de grandes affaires criminelles grâce au plan de sécurité mis en place durant le mois sacré de Ramadhan et qui se poursuivra tout au long de la saison estivale», a assuré le commissaire principal Mohammedi, soulignant la mobilisation, pour ce faire, de huit brigades de police à travers les zones sensibles de la région de Koléa, en plus d’agents en civil. Cette marche de protestation «fait partie des canaux de communication externe, que les services de police tentent de mettre à profit en vue d’atteindre l’objectif suprême de notre institution, qui est d’assurer la sécurité des citoyens», a-t-il ajouté.
hamid
 
  

posté le 08-Aug-2014 23:50     envoyer un email a hamid                     
ya demos cratos il ya eu crime assassinat à kolea
route d'alger tu es où toi?
el habib akel
 
  

posté le 09-Aug-2014 09:53     envoyer un email a el habib akel                     
salam puis kalam
moi je vous dis a tous que a Koléa y avait ferme ta gueule c’était la dicta-tour maintenant on discute c'est peut être la démocratie n'est ce pas
hamid
 
  

posté le 09-Aug-2014 19:07     envoyer un email a hamid                     
Effectivement cette semaine il ya eu un grand
nettoyage à la rue d’Oran et au marché ancien
marché de koléa , ça fait vraiment plaisir pourvu
que ça dure , le commissaire principal lui même
était présent lors du nettoyage.
DEMOS Cratos
 
  

posté le 10-Aug-2014 19:49     envoyer un email a DEMOS Cratos                     
Excusez moi,M. Hamid mais j'étais à KOLEA lorsqu'il y a eu a l'agression dans le magasin situé route d'Alger, en plus le magasin appartient à quelqu'un que je connais bien (S. Mouloud) et son employé a eu la carotide sectionnée sur deux reprises, uniquement pour le voler à l'ouverture c'est à dire entre 9h30 et 10h. Je crois bien que la police a déjà attrapé un et d'après les rumeurs c'est quelqu'un qui a bénéficié de la grâce présidentielle (le chef de l' État qui annule les peines de plusieurs détenus de droit commun à chaque 5 juillet « Fête de l'indépendance»). L'année dernière 5000 et cette année 6000 détenu(e)s (Le décret présidentiel n’inclut pas les auteurs impliqués dans des affaires de terrorisme, les personnes accusées de corruption, les dealers et les kidnappeurs d’enfants).
Enfin, je ne crois pas que LE PEUPLE ALGERIEN VA SE SENTIR VRAIMENT INDEPENDANT AVEC CE RYTHME DE LIBERATION DE DETENUS, puisque beaucoup se barricade chez eux. D'ailleurs, c'est devenu classique « pour créer un climat d'insécurité, on libère des prisonniers ». Ainsi, l'Algérien n'a pas à s'occuper de politique ! Cela se dit tout bas dans les hautes sphères de la république.

C'est pour cela qu'il n'existe plus de paix, de sécurité dans les villes et villages. D'ailleurs, ces détenus récidivent à leur sortie et d'autres jeunes sont tentés par les agressions, les vols, etc puisqu'ils savent qu'ils n'ont pas grand chose à passer en prison. Ceux qui sont contre cette grâce n'ont qu'à le faire savoir sur FACEBOOK, une page https://www.facebook.com/OnVeuxLaPaix a été créée dans ce sens et dont on espère aura son écho à travers l'Algérie.
Pendant mon séjour à KOLEA, un ami qui répond du nom de Omar (Ce n'est pas M. TACHET) mais quelqu'un d'autre m'a raconté qu'il venait d'assister au marché (Place ESSARIGE) à un vol à la tire, un de ces « artistes » l'a menacé avec un clin d'oeil mais le plus beau c'est que cette équipe de voleurs s'est fait admonester par l'équipe régnante sur cette place qui vite leur ont soutiré le butin.
Vous voulez une autre, la voici : Un petit con s'amusait à vociférer dans un langage vulgaire le long de la route de Bou-ismail. Des jeunes du quartier l'ont mis en garde qu'il est dans un quartier paisible, tranquille et qu'il faut baisser de ton. Le jeune voyou s'en est pris à eux avec des insultes et il a voulu montrer sa force, malheureusement il s'est fait molesté par un gaillard du quartier. Une heure après, ce jeune est retourné au quartier avec sa « tribu » munis chacun d'eux de coupe coupe, d'épée, de bombes lacrymogènes, de couteaux, de gourdins, etc. Ces assaillants (Venus d'ailleurs, périphérique KOLEA/FOUKA) ont voulu en découdre avec les habitants de la route de Bou-ismail ; mais les jeunes du quartier n'ont pas voulu répondre à leur menace mais ils ont vite appeler la police qui s'est vite déplacer puis procéder à quelques arrestations. Enfin, vous voyez le climat malsain existant à KOLEA ces derniers temps.
La dernière puis je reviens sur ce qui se passe en France ces dernières années. Un monsieur habitant la commune de Khraïcia qu'un ami le connaît, voulait faire les emplettes de l'Aid et accompagner de ses enfants, il a choisit la ville de Koléa, renommée aujourd'hui par son économie de bazar. Des voyous n'ont pas cessé de l'intimider et en voulait à tout prix draguer sa fille avec leurs mots familiers et argotiques. Il est vite reparti avec les larmes aux yeux en regrettant que KOLEA est devenu ainsi.

Vous voulez savoir qui sont ces jeunes ?
C'est des enfants issus des familles (sans aucune culture, je le dis et je le répète) qui soi-disant ont quitté leur douar à cause du « terrorisme » pour venir s'installer dans des baraquements (constructions illicites) aux alentours des villes comme KOLEA, puis bénéficier de toutes les largesses de l'Etat, logement social, prêt bancaire, emploi de jeunes, etc. et tout cela sous le regard et la haine des jeunes Koléatiens qui beaucoup d'entre doivent encore patienter pour que la chance leur sourit aussi.
Ces énergumènes ont crée un climat d'insécurité à KOLEA et sont vite tomber dans le vice, vol, drogue, agressions, etc. pour aller directement devant les tribunaux et « goutter » de la prison dans leur jeunesse. Une fois aguerris en prison, ils sont relâchés au bout de six mois, d'une année (Grâce Présidentielle oblige!) et les voilà dehors pour semer la panique et le trouble chez les citoyens. Les voilà récidivistes, ils préfèrent quitter le pays que de rester après leur dernier crime.

Enfin pour clore ce sujet si sensible et toujours est-il qu'il y a lieu de ne pas le négliger davantage ; je tiens à éclairer la lanterne de M. René BONNEL (Administrateur système) sur leurs agissements une fois débarqués sur le sol Français.
Certes, on retrouve ces égarés du droit chemin par la suite en France (Paris, Marseille surtout), grâce à des visas de complaisance sinon grâce à des traversées hasardeuses de la Méditerranée et les voilà « titrés »sur le territoire français comme « clandestins ». Quelques uns d'entre eux sont exploités pour un salaire de 35 € la journée dès leur arrivée puis une fois le petit pécule acquis, les voilà qui commencent à traficoter (drogue, objets volés,cigarettes, etc.). Mais attention de leur faire des remontrances ou essayer de s'interposer lors de leurs agissements néfastes car vite on est pris à partie par toute une horde le jour même et n'importe où on se trouve. En toute franchise, ils ramènent tout procédé de gain facile et ils ne manquent pas aussi de s'attaquer surtout aux jeunes filles de bonne famille comme ce cas qui s'est passé juste en plein ramadan à Marseille.

Une jeune fille qui faisait ses achats des soldes en plein rue St Férréol s'est fait abordé par quelques uns de ses voyous qui n'ont pas cessé de lui dire des vulgarités. Cette fille les a mis en garde et elle leur a dit qu'elle était de bonne mœurs et qu'ils ne savent pas à qui ils avaient à faire. Comme d'habitude, ils s'en foutaient éperdument mais la fille a vite appelé le portable de son père qui lui a dis de les ramener vers lui à une placette du quartier de Noailles de Marseille. Encouragée par ce qui a été dit par son père, la fille les invite à la suivre s'ils étaient des hommes. Enhardis par leur nombre, ils la suivent jusqu'à la rencontre du père de la fille. Ce dernier n'a pas hésité à molester celui que sa fille a désigné du doigt.
Croyant la partie gagnée, le père est resté sur la placette, mais le voyou est retourné avec une arme et n'a pas hésité à tirer sur le père qui de son bras, ce dernier a fait baisser le canon vers le bas. Malheureusement, il reçoit la balle au pied puis s'est retrouvé à l'hôpital de La Timone pour quelques jours.
Aussi, si vous savez combien les parents, surtout les pères de famille en ont marre de leurs garnements une fois devenus adultes puis tombés dans le vice. Voilà, l'histoire d'un père de famille qui en avait marre de ses enfants et de leur mère. Toujours, sur cette route piétonnière de Marseille. Un père bien tranquille et aimé de tous croisent son ex avec ses filles. Il leur somme d'arrêter de provoquer le premier venu avec quelques remontrances puisque c'était en plein ramandan et la religion oblige. L'épouse n'a pas aimé et appelle son fils de 20 ans, petit voyou, dealer et ringard. Enfin, il va directement vers son père et lui assène un coup de tête en plein figure.Les dents de ce dernier partent en l'air mais pour ce défendre il sort son couteau et le plante directement au coeur de son fils qui tombe raid mort. Evacué en urgence à la Timone, il décède dans sa première heure. Voilà, le père en prison pour à cause d'un "bad boy". Enfin ! vous n'avez qu'à lire la rubrique "Faits divers" pour voir les méfaits de la cité de Marseille, il ne s'agit que de Mourad, Kaddour, Mustapha, Saliha, Houria, etc. qui font l'actualité. Quelle honte !

C'est ça le quotidien de ces racailles que notre pays a fabriqué depuis les années 90, sinon l'Algérie sous le règne du président BOUMEDIENE, sans pétrodollars et avec sa main de fer on ne voyait pas « naître » un tel genre de personne. D'ailleurs, pour quitter le territoire national , il fallait montrer patte blanche, avoir accompli son service militaire, être sursitaire ou dégagé des obligations du service national, posséder un certificat d'hébergement et bien sur les devises. Beaucoup de contraintes qui décourageaient le premier venu, candidat au départ à l'étranger.
L'intru
 
  

posté le 10-Aug-2014 22:13     envoyer un email a L'intru                     
oici la vedeo de la fameuse marche il et temps que la population reprenne la main pour defendre sa liberté, sa securité et sa quietude!

https://www.youtube.com/watch?v=hesA7hRvoko
hamid
 
  

posté le 11-Aug-2014 17:30     envoyer un email a hamid                     
Bravo l'intru walah vraiment bravo
BOKAL Essanya
 
  

posté le 16-Aug-2014 16:12     envoyer un email a BOKAL Essanya                     
Tous, on a pu voir sur You Tube la marche du 02 août dernier sur ce qui ne va pas à Koléa et la réunion qui a pu avoir avec les autorités locales (P.A.P.C, Commissaire, etc).
Malheureusement on n'a pas constaté la remise officielle de la pétition des habitants. D'ailleurs, on n'a vu aucun des intervenants lire une plate-forme de pétition, initiative grand public Koléatien pour faire peser la voix des citoyens locaux dans la politique locale en matière d'hygiène, sécurité, réglementation de voirie, marché informel, taxis clandestins, etc.
Ce qui m'amène à dire que cette plate-forme n'existait pas, c'est tout !

Donc,il est important aujourd'hui que tous les habitants de Koléa doivent se concerter, préparer et mettre noir sur blanc leurs doléances avant qu'ils soient réunis avec les autorités locales, pour exprimer toutes leurs remontrances et faire les remarques. Une telle conduite ne peut se faire que s'il existe des Comités d'Intérêt de Quartiers, ayant pour objet principal la défense des intérêts communs d' ordre général concernant tous les quartiers définis par l'Assemblée Populaire Communale de Koléa.

On vu le lieutenant de police dire qu'il n'existe aucun relais (personne publique) entre lui et les citoyens et qu'il était loin de tout savoir sur tout ce qui ne va pas dans un vaste territoire communal comme celui de Koléa et que cette manifestation résulte certainement de la volonté concertée de quelques habitants et commerçants après les tous derniers évènements (Agression du jeune commerçant, vols, etc).

C'est dans ce sens que le P.A.P.C prend la parole pour inviter les représentants des manifestants de mettre en place des instances de dialogue et de concertation dans leurs quartiers respectifs, contribuant ainsi la responsabilisation de tous les habitants vis-à-vis des questions qui les concernent collectivement, visant ainsi à favoriser l’exercice de la démocratie locale et devenir le relais entre l'ensemble des citoyens, l'APC et les services publics.

Enfin, en un mot, j'ai constaté que le choix des représentants n'est pas celui que beaucoup d'habitants attendait (ce que tout le monde disait tout bas!). Ce qui est malheureux aussi, c'est qu'une grande gueule a pris la parole tout au début pour régler ses différents avec certains commerçants de la rue d'Oran, comme avec certains taxis clandestins qui lui font un peu d'ombre sur son activité de transport clandestin.
A bon entendeur, salut !
hamid
 
  

posté le 17-Aug-2014 19:50     envoyer un email a hamid                     
ya bokale elsmane, le plus important c'est
l'initiative , des gens ont participé à cette
marche et ont pris la parole ce n'est pas des
"prix Nobel de la paix " mais bon c'est tout ce
qu'il ya à kolea , la prochaine fois on fera
appelle à Mr Lakhdar Brahimi , il n'a ya pas eu de
pétition , les gens parlent mal , ils ne sont pas
beaux , mais il y étaient , et toi t'eté où? yakhi
l'idiot
 
  

posté le 18-Aug-2014 08:55     envoyer un email a l'idiot                     
oui vous parlez bien a kolea sur le net mais retrousses tes manches sortez sur le terrain et on verra a ce que vous faites nous les idiots hakadha ils nous appelles nous todjore sur le terrain route de bouismail fermé mercredi prochain si pas groudron rue de chamanouvre rdv apres demain
TACHET Aomar
 
  

posté le 18-Aug-2014 17:19     envoyer un email a TACHET Aomar                     
C'est comme ça que naissent les sociétés civiles,
on tâtonne on avance, on recule on réussit on échoue
et ainsi de suite d'année en année les gens
s'organisent s’améliorent et apprennent de leurs
erreurs, ça prendra du temps mais il faut persévérer
BOKAL Démos
 
  

posté le 18-Aug-2014 18:53     envoyer un email a BOKAL Démos                     
Cher Hamid, il faut que tu saches que l'histoire de KOLEA est une suite de luttes livrées par ses citoyens pour défendre leur liberté, leur dignité et aujourd'hui leur sécurité plus qu'avant.
Ce qui me désole, ce n'est pas parce que je n'ai pas participé, ou bien que tel ou untel n'est pas beau, qui parle mal, etc. Non, pas du tout; mais nous tous, on sait que « les paroles s'envolent et que les écrits restent ».
Je me demande alors aujourd'hui si lors de cette réunion « souk » à l'APC de Koléa (Voir sur YouTube), cette marche du 02 août dernier sur l'insécurité à Koléa aura été fructueuse pour les manifestants. J'ai vu moi même, le lendemain de la marche, quelques officiers et policiers en gourdin en train de mettre un semblant d'ordre le long de la rue d'Oran. Enfin ! Les jeunes d'aujourd'hui sont durs d'oreilles et « s'enflamment » si rapidement.
Certainement, il faudra sans doute attendre quelques mois pour savoir si pour les habitants, les commerçants, et les visiteurs, cette réunion comme cette manifestation auraient produit les changements tant demandées par les citoyens. Sinon, il faudrait ressortir la plate-forme pour effectuer une piqure de rappel aux autorités locales (Je m'excuse, elle n'a été établie initialement!)

Voilà, pourquoi il était nécessaire d'établir une plate-forme de revendications des « marcheurs », c'est pour ne pas manquer d'effectuer une piqure de rappel à tous ceux qui étaient présents lors de cette réunion. C'est le seul moyen coercitif que les citoyens disposeront pour faire traduire en actes les belles paroles et les décisions prises lors de la réunion.
Voici d’ailleurs ce que répondait un élu à la question d'un de nos co-citoyens au sujet des positions de l'administration locale sur la sécurité : « On n’a aucun problème à écouter les commerçants , ni même à recevoir des remontrances de plus haut. Mais ce qui nous intéresse le plus, c’est ce que pensent les habitants ».
Autant dire que sur cet élu, comme sur bon nombre de ses pairs, les remarques venues des « marcheurs » n’auront pas plus d’effet que de l’eau versée sur les ailes d’un canard. Il lui suffira de s’ébrouer pour s’en débarrasser. Sans compter que plus d’une fois au cours de ces dernières années, Koléa comme partout en Algérie au nom de la Charte pour la Paix et la Reconciliation Nationale ou du roi Dinar, a fait montre d’un pragmatisme des plus cyniques,d'un large laxisme envers l'économie de bazar et ses partisans, s’alliant même parfois à des ex-prêcheurs des années 90 ayant propager une idéologie islamique haineuse, suprémaciste et rétrograde ou à des gouvernants et élu(e)s corrompu(e)s.
Alors, il y a fort à craindre qu’une fois de plus que les paroles de cette réunion, elles, s’envolent.

A la question : , et toi t'eté où? Yakhi
Pour ta gouverne, je te réponds ceci mon cher Hamid, malgré tout ce que j'ai enduré par le passé, j'étais bien présent ce jour là sur la place de la mairie, mais qu'est ce que tu veux les autorités préfèrent discuter avec cette catégorie de personnes et aimant avoir autour d'elle que des élu(e)s du même front, sinon des "béni-oui-oui" hors pair.

Juste avant de clore ce sujet, je dis ceci à M. l'idiot qui vient de publier ce message :
« oui vous parlez bien a kolea sur le net mais retrousses tes manches sortez sur le terrain et on verra a ce que vous faites nous les idiots hakadha ils nous appelles nous todjore sur le terrain route de bouismail fermé mercredi prochain si pas groudron rue de chamanouvre rdv apres demain »
Bien avant vous on a retroussé les manches (88 / 92) et nous sommes opposés à toutes les manœuvres frauduleuses et agissements néfastes des élu(e)s, des autorités, des gouvernants ; malheureusement beaucoup d'entre nous sont morts, exilés ou ayant clos pour de bon leur bec.

Aussi, je ne suis pas aussi d'accord avec vous sur ce que vous avez décidé, c'est à dire de fermer la route de Bou-ismail et la route du Champ de manœuvre. Il faut revoir ce problème à la source, voir celui qui a décidé de faire passer un tel égout par cette voie urbaine. La décision a été prise à l'insu du P.A.P.C de Koléa. L'ODS a été délivré par les autorités de wilaya sans qu'il y ai le moindre débat avec les élus de la Commune de Koléa. S'agissant d'un égout devant servir d'évacuation uniquement des eaux usées de tous les réseaux d'assainissements des nouvelles constructions situées au Nord / Ouest de Koléa ( Ecole de Magistrature, logements, etc..), je ne vois pas pourquoi, il n'était pas plus simple de le faire passer par les champs, c'est à dire à la limite de Lalla Rouba, puis chaabet El ouina et le déverser à la station d'épuration de l'oued Mazafran, sinon en créer une autre tout prés Kouchet Mazaroli.
Donc, je ne vois pas pourquoi « handicaper » la circulation des habitants de Koléa toute une journée au lieu d'aller à la Wilaya de Tipasa et manifester votre colère avec discipline devant les bureaux de ceux qui ont pris cette décision puis laisser traîner le revêtement de la chaussée.
D'ailleurs, il est important aussi de leur exiger avant le revêtement, la construction d'avaloirs de part et d'autre de la chaussée ayant servit de passage à ce fameux égout ; sinon aux prochaines intempéries, il faut s'attendre à des inondations au centre ville.

S'il vous plaît, pas de faoudha, nous sommes pas au Haouch Gabet ou Haouch Dromigni pour barrer une route, nous sommes des gens civilisés et bien éduqués pour « scier le tronc d'arbre sur lequel on est assis ».
A bon entendeur, Salut !
hamid
 
  

posté le 25-Aug-2014 21:15     envoyer un email a hamid                     
Ecoute moi bien BOKAL Démos, cette fois ci , ils ont
discuté avec des ignorants la prochaine fois ca sera
avec toi d'autres gens , c'est pas la dernière
rencontre yakhi ghayour , ton tour viendra ne
t’inquiète pas .
DEMOS Kratos
 
  

posté le 30-Aug-2014 21:08     envoyer un email a DEMOS Kratos                     
Hamid a écrit : Ecoute moi bien BOKAL Démos, cette fois ci , ils ont discuté avec des ignorants la prochaine fois ca sera avec toi d'autres gens , c'est pas la dernière rencontre yakhi ghayour , ton tour viendra ne t’inquiète pas .

Voici ma réponse:

M.Hamid, c'est à ton tour de bien m'écouter maintenant. Ce que tu me proposes, fait le pour toi, car moi j'en ai déjà bavé pour ne pas dire que j'ai beaucoup souffert et tout perdu, car tout le long de ma carrière de fonctionnaire, j'ai rencontré que des problèmes avec ces personnages des deux bords et je ce que je peux dire maintenant c'est que les personnes ignares et stupides continuent toujours à « meubler » nos mairies comme notre administration, et aussi ils n'ont rien de plus que ceux qui « tiennent les murs » le long de nos rues, à longueur de la journée.
Il est étonnant que tu me traites de « ghayour », parce que je te voyais intelligent et plein de bon sens . Alors, tu sous entend que cette rencontre afflige mon âme, corrompt ma pensée et hante mon esprit , uniquement parce que je n'y étais pas avec eux !

Tout ce que je peux te dire, c'est Allah yehdik ya akhi (Puisse Allah te guider) !

Sais-tu mon cher Hamid que ces gens que toi, tu appelles « ignorants » sont des intermédiaires incontournables entre l'administration, l'élu(e) et les populaces lorsqu'il s'agit de soulèvement, de manifestation ou de grève, etc. A l'instar des autres catégories de personnes, voire les notables, les intellos ; « les ignorants » tellement qu'ils sont fragiles, sont classés par « elhkum » comme « Biyaïns » et sont traités tout le temps de la sorte par tout le monde car les rapports entre l'administration et les représentants des manifestants sont toujours empreints de suspicion et de délation. « Roi DINAR » oblige !

Chez l'administration, de tels représentants sont tantôt loués comme des collaborateurs fidèles et efficaces, tantôt vilipendés comme des gens d' incompétents et indignes de confiance. Cependant, bien qu'ils ne soient officiellement que de manifestants repentis et au service de l'ordre public , ils jouissent d'un immense prestige auprès des populations locales, parce que de par leur « sincérité » dans le double jeu, ils deviennent ainsi facilement plus proche du centre du pouvoir. Cette situation peu enviable ne manque pas de provoquer parfois des ressentiments chez les autres élites locales, voire chez certaines personnes qui brûlent d'envie d'assister un jour, et ces soi-disant représentants font souvent l'objet de diverses accusations plus ou moins fondées.

Enfin, par rapport à ce qui s'est passé ces dernières années, l'administration grâce à sa dictature sécuritaire garde aujourd'hui une main forte, une main de fer sur la populace, comme on dit « elbak maa yeezghedj » grâce aux « radars » existants dans tous les quartiers, afin d'étouffer en permanence toute liberté et surtout pour faire croire à l'opinion nationale et internationale à l'instauration d'un Etat de droit dans le pays. Ainsi va le bled aujourd'hui !
Sofiane
 
  

posté le 03-Sep-2014 17:05     envoyer un email a Sofiane                     
Moi Jai une question pourquoi la marché est faite pour aller à
la PC et pas ver la commissariat . Merci
Claude
 
  

posté le 07-Sep-2014 11:44     envoyer un email a Claude                     
Ce que je is est effrayant et je me demande bien si des Français vivent encore à Koléa et comment ils se sentent aujourd'hui ?
GAZI
 
  

posté le 12-Sep-2014 18:21     envoyer un email a GAZI                     
LE MONDE ENTIER EST DOULEUREUX ET MALADE.SA SE
PASSE QUE A KOLEA ?DANS TOUTE LES VILLES DU MONDE?
ET EN PLUS C EST VOS ENFANTS?QUI VOUS S ATTAQUENT
.RIEN DE PLUS?????
Ajouter une réponse


Retour au site Koléa-Bône.Net