Forum consacré à Bône  : 


                

|
Auteur Sujet:   Jeux de mains......
Yves
 
  

posté le 12-Sep-2010 14:50             envoyer un email a Yves               


Salut les Bônois,

Un petit coup de nostalgie et d'histoire sur les us et coutumes des petits bônois qui ne possédaient ni téléphone portable, ni ordinateur à 10 ou 12 ans, j'ai nommé (entre autreS) le jeux de billes) : Ce jeu se jouait dans tous les quartiers avec des expressions quelquefois différentes. Avec des billes "AGATHES" pas "CARAQUES".

Le jeu de triangle avec des billes à l'intérieur de ce triangle où chacun mettait 2 à 3 billes et où il fallait "tuer" l'adversaire c'est à dire toucher sa bille avec ces expressions : TA TETE OU LA BILLE BORVINANT (Borvinant voulant dire que la bille touchée devait avoir fait plus que 4 doigts réunis, KICKS AU GRAND QUI M'ARRETE (à savoir que si un pied arrêtait la bille involontairement on pouvait la pousser plus loin) HAUTEUR ou DEMI HAUTEUR : on pouvait tirer sur la bille de la hauteur du genou debout ou accroupi.(tia pas dit hauteru - oui j'ai dit hauteur.....). DIEU étant le trait d'où était donné le départ. Des jeux très sérieux car si tu perdais 4 ou 5 billes, fallait pas croire que ta mère allait t'en acheter un sac comme maintenant.

A la période des abricots, le jeux des noyaux : quel bônois n'a pas joué aux noyaux d'abricots ?  Le petit tas de 4 qu'il te fallait détruire en te plaçant à quelques pas et qui permettait à celui qui cassait le dernier tas d'empocher tous les noyaux à terre. Ces noyaux que nous teintions quelquefois dans différentes couleurs et que nous mettions dans des sacs cousus par les mamans.

Et enfin le jeu de toupie (pas le jeu de filles où tu faisais tourner une toupie en forme de champignon avec un petit fouet), non le jeu de toupie des garçons, avec une toupie que nous appelions marie la longue, grande toupie jaune avec un clou à la base, dont nous coupions le chapeau et faisions des entailles pour les faire vrombir comme un avion. Il fallait les enrouler d'une ficelle spéciale et la lancer violemment par dessus l'épaule, la variante étant de dessiner un rond et d'y laisser les toupies précédentes, le nouveau lanceur devant tenter de les casser en lançant la sienne.......

Voilà quelques jeux de gamins de la rue vergniaud à la colonne mais qui devaient se retrouver dans tout Bône.

A votre tour, racontez donc ces jeux qui nous passionnaient à l'époque et qui coutaient si peu à nos parents qui n'avaient pas souvent les moyens de nous payer autre chose.

Salut Bônois,

Yves

 

 



Ajouter une réponse


|
Auteur Sujet:  
suzon
 
  

posté le 13-Sep-2010 15:14     envoyer un email a suzon                     

bonjour,

 

Pour continuer sur les jeux d'enfance. je pense que même les plus agé(es) que moi y ont joué : les osselets que maman récupérait quand elle faisait les pieds/paquets, il me semble.

 

Ensuite, je me souviens que mon frère s'amusait à faire sauter sur son pied le plus longtemps des feuilles assez grosses et nouées par une élastique.

 

Et, une chose que je fais encore de temps en temps, prendre une feuille assez longue, d'une largeur suffisante que l'on coince entre les pouces. si elle est tendue comme il le faut et en soufflant on peut siffler.

 

J'espère m'être bien expliquer

 

 
hammoudi
 
  

posté le 20-Sep-2010 16:33     envoyer un email a hammoudi                     

Bonjour mon ami Yves le Bônois de la Colonne,

Ton commentaire sur les jeux d'autrefois à Bône lorsque nous étions enfants m'avait bien fait rigoler, tu as une vrai mémoire d'éléphant c'était tout à fait les thermes qu'on disait.

Pour le jeux de la toupie: ( Marie la Longue ) m'a fait plier de rire,( mon épouse se demande si je ne suis pas devenu un peu barjo de rire tout seul devant mon pc ) "rire" ton récit m'a fait replongé dans l'ambiance heureuse de notre enfance, la toupie on enroulait la partie conique avec une cordelette en coton et on faisait un anneau ou en enfiler son majeur on la lançait la tête à l'envers et elle retombait à l'aplomb sur son clou.

Pour le jeux de billes: Il n'y avait pas que le triangle, il y avait aussi le carré à cinq trous qu'on appelait les cinq poux, un trou à chaque angle plus un au milieu aprés la mise, le premier qui m'était sa bille dans le trou du milieu commençait et pour gagner la partie il fallait passer par les quatre autre et finir le premier.

Le jeux avec les noyaux d'abricots: Le fameux tas à quatre lorsque le noyau était renvoyait par le mur et qu'il touchait le tas on appelait ça " Revenant " on pouvait recommençer.

Ha! les bons souvenirs c'est gravé dans nos mémoires à jamais on était des enfants de Bône pas pour rien, des bons vivants on était surtout de trés bons débrouillards.

Tu te rappelles lorsque on récupérait une vieille roue de vélo on démontait les rayons qui nous servait à la maison  pour faire le méchoui des brochettes avec les abats de mouton et la jante nue servait à jouer au cerceau.

Les journaux que l'on se prêtait il y avait aussi pim pam poum, kid garson, le petit riquier, les pieds nickelés...filochard..ribouldingue et croquignol c'est plus qu'un plaisir à lire la nuit avant de se coucher.

Et le dimanche bien fringué on allait au cinéma le majestic le film que j'ai vu 36 fois avec des copains a se tordre de rire avec Louis Defunes " ni vu ni connu ", et les films de Fernandel, Raimu... de Marcel Pagnol la fameuse partie de belote " tu me fend le coeur ".

Po po po di...Si tu aime bien rire avec l'humour du bled tu vas sur google et tu tape "Fellag" c'est un humoriste algérien tu vas te tordre de rire.

Tu habites qu'elle ville ? moi j'habite Amiens j'ai su m'adapter c'est une belle région aussi.

Vailà cousin Bônois mon mail prend fin et à bientôt.

fraternellement Larbi de la vieille ville.

 
Yves
 
  

posté le 21-Sep-2010 12:51     envoyer un email a Yves                     

Bonjour Hammoudi et à tous,

   En vieillissant, je deviens émotif comme une vieille fille et ta réponse m'a donné la chair de poule.
Eh oui, que de jeux qui ne coutaient quasiment rien à nos parents (à l'inverse de maintenant).

J'avais la chance d'habiter rue vergniaud et juste en face de ma maison se trouvait une petite rue en terre que nous appelions rue eugène François alors qu'elle était perpendiculaire à cette dernière. Donc cette rue était notre lieu de rencontre et nous n'étions pas dérangés par les voitures (très peu nombreuses alors)

 

Oui, pour les billes il y avait plein d'autres règles, car nous avions l'imagination débordante et heureusement pas de télé pour nous scléroser le pois chiche. Le rond où nous mettions nos billes et où il fallait les sortir pour gagner, les pots effectivement. Mais on "améliorait souvent : pour les billes dans le pot, celui qui perdait devait mettre sa main contre le mur et les autres joueurs tapaient sur cette main avec un chiffon au bout duquel nous faisions un ou deux noeuds.

Effectivement le cerceau avec le bout de fer qui nous servait à le guider. Nous jouions aussi à "Rangé la boite", un jeu assez méconnu que j'envisage de breveter , qui consistait à mettre une boite de conserve dans un petit rond, les joueurs se mettaient à quelques mètres avec des gros cailloux (des chkolls comme on disait), sauf un qui payait et qui restait près de la boite. Il fallait lancer le caillou sur la boite tenter de la faire tomber et profiter du moment où celui qui "payait" la remettait en place pour s'échapper et revenir derrière la ligne (toujours appellée Dieu).  Quelquefois, celui qui ramassait la boite la remettait en place au moment où l'un des joueurs lançait sa pierre et la prenait soit dans la tête soit sur le corps. On criait "RANGE LA BOITE" quand on la décanillait. (Mon frère a encore la marque sur la tête d'un caillou qu'il avait pris)

Et les 5 pierres ? Jeu d'adresse avec 5 petits cailloux et dans lequel nous étions très adroits.

Le cinéma : ma passion de jeunesse. J'allais souvent à l'Olympia près de chez moi. Te rappelles-tu les places à 110, c'est à dire les places tout à fait devant, les moins chères que nous quittions à l'entracte pour aller en mezzanine ou au balcon (la classe). J'ai vu tous les zorros avec son cheval Fend-l'air (Don del Oro), tous les tarzan avec Johnny (pas Hallyday Weissmuller) ou quelquefois Buster Crabe etc.... et le cinéma plein air où mes parents nous emmenaient avec mes frères et où on s'est tapé tous les tino Rossi, Georges Guétary.

J'habite TOULOUSE et Dieu fasse qu'un jour nous nous rencontrons (ainsi que Colette mais qui est plus près de chez moi).

Amitiés à tous les bônois

Yves

 

 

 

 

 

 

 
Larbi
 
  

posté le 23-Sep-2010 16:57     envoyer un email a Larbi                     

Bonjour Suzon, Yves , les Bônoises et Bônois.

Le petit bouquet des grosses feuilles nouées que ton frère s'amusait avec a faire sauter sur son pied, ce jeux s'appelait " La jonglade " on comptait le nombre de jonglade de chacun de nous, son faire tomber le bouquet si non on passait son tour; une sorte de compétition.

Et ces feuilles on allait les ceuillir au terrain du caroubier ou sur le flan de falaise sous le pont de la tranchée.

Le jeudi lorsque il n'y avait pas d'école, on été plus nombreux pour faire une partie de foot, notre ballon bien souvent s'était du papier journal que l'on tassait en forme d'une grosse boule et qu'on le liait avec une ficelle, et notre terrain de foot favori, le terrain du caroubier ou les grandes placettes vers les docks du port ou le chai à vin.

Ah le bon temps ! de notre enfance joyeuse!!! tu habitais quel quartier ? et maintenant quelle ville ?,à bientôt.

Amicalement Larbi.
Yves
 
  

posté le 29-Sep-2010 11:29     envoyer un email a Yves                     

Bonjour Bônoises et Bônois,

 

    Dans le même style que la jonglade, nous jouions aussi au SOU. Il s'agissait de feuilles de papier coupées en lanières au bout desquelles nous enfilions les pièces trouées appelées sous (d'où évidemment le nom du jeu). Lorsque ces pièces ont disparu, nous y mettions des rondelles. Et là, il fallait à plusieurs, jongler et se passer le sou sans qu'il ne touche le sol. Nous traçions aussi au sol  un cadre (genre terrain de tennis) chaque joueur ayant son camp et devant faire en sorte que l'adversaire ne puisse reprendre l'objet.

 

     Comme diraient certains bônois : Diocane, tu veux faire jouer les gosses actuels avec ces jeux qu'aussitôt tu te prends une madone de  plainte pour mauvais traitements à enfants.

 

  Ma chère Colette, je pense que vous habitiez en face de l'Olympia, non ? Demandez à Gérard, trésorier de l'association, de mes nouvelles. Il s'agit d'un petit cousin.

 

          Amitiés à tous les bônois en attendant de nouveaux épisodes de "Jeux de mains..." (Tula, Mère touchtouch, béret basque, les cris poussés lorsqu'on plongeait d'un rocher à la mer : ayountsayouba ohé (phonétriquement bien sur).

 

        Yves

 

 

 

 

 

 
Yves
 
  

posté le 29-Sep-2010 12:09     envoyer un email a Yves                     

Re bonjour,

   Pendant que j'y suis, j'aurais bien aimé retrouver des jeunes de l'époque (garçons ou filles) qui sont allés en colonies de vacances à BUGEAUD;

  Je garde un souvenir extraordinaire des deux années pendant lesquelles j'ai passé un mois à la colo (le temps enjolivant évidemment ces souvenirs). Je peux chanter par coeur encore, toutes les chansons que nous chantions soit en traversant le village, en rangs et au pas cadencé, soit aux veillées. Quels souvenirs, j'étais jeune et beau (enfin pas trop...), les jeux de piste, les ballades en forêts, à l'aqueduc romain, à Bou zizi, la fontaine du curé....

     Nostalgiquement,

    Yves 

   

 
Yves
 
  

posté le 29-Sep-2010 12:16     envoyer un email a Yves                     

Pour Colette,

            Ce fameux jardin de la colonne, où nous allions jouer aussi. J'ai le souvenir du gardien de ce square, blessé de guerre, que nous faisions un peu tourner en bourrique, pas méchamment certes, et qui tentait de nous courir après. Je ne me souviens plus s'il était unijambiste ou manchot.

           Et le funambule qui traversait votre place sur un fil placé à une vingtaine de mètres de hauteur, muni d'une perche qui lui servait à tenir en équilibre....

           Yves

 

      
Larbi
 
  

posté le 05-Oct-2010 13:52     envoyer un email a Larbi                     

Bonjour à tous,

Il n'y avait pas que les jeux , comme on était des bons débrouillards pour se faire de l'argent de poche par exemple pour aller au cinéma lorsqu'il y avait un grand film  d'Hercule Steve reves, Eddy constantine  ou Samson et Dalila ...et bien on allait avec les plus grands du quartier à la mer au rocher blanc avec un masque à plonger lorque on avait un, ramasser des oursins par 3 à 4 mètre de fond qu'on mettait dans un cageot entourait de liège ( bien sûr qu'on allait chercher au début de la montagne de Bugeaut on arrachait des arbres de chêne liège ) pour qu'il reste flôter à la surface et lorsque le cageot était plein on allait vendre notre récolte aux restaurants du coin , le petit mousse , le Bamako des fois en ville au bar le  Maxiville face au cours Bertagna... ah pour l'argent on connaissait plein de combines on débordait d'émaginations " les quatres cent coups".

Maintenant à vous de raconter une petite histoire pour se procurer l'argent de poche comment vous faisait, à bientôt .

LARBI
Hammoudi
 
  

posté le 21-Oct-2010 12:37     envoyer un email a Hammoudi                     

Bonjour à tous, Colette, Yves et tout les Bonoises et Bonois que je ne connais pas ( mais l'amitiés est là ) c'est le principal.

C'est toujours un plaisir de lire vos messages, Colette merci pour vos photos, je ne sait pas comment on peut mettre des photos svp qui peut me l'expliquer, comment vous faites ? car je suis débutant, merci d'avance à bientôt j'espère.

Larbi le Bônois d'Amiens ( c'est une belle ville aussi ).
Hammoudi
 
  

posté le 03-Jul-2011 12:22     envoyer un email a Hammoudi                     

Bonjour Colette, Yves et à tous les Bônois et Bônoises,

 

 

 

 

 

 

 

Un petit souvenirs de Larbi.

1.jpg
 
2.jpg
 
Yves
 
  

posté le 07-Jul-2011 22:11     envoyer un email a Yves                     

Salut Larbi

 C'est qui le bonhomme à côté de toi ?
Hammoudi
 
  

posté le 19-Aug-2011 13:03     envoyer un email a Hammoudi                     

Bonjour à vous tous,

C'est lors d'une réception au palais de l'Elysée par le Président de la République Monsieur Jacques Chirac pour me remettre pour la deuxième fois le titre " Un des Meilleurs Ouvriers de France " en 1997 et 2000 un souvenirs innoubliable qui fait hôneur à tous les Bônois et les Annabis, j'ai pu rendre hommage à mon père Allah ayrhamou qui était artisan rue Jérusalem ( marché au blé ) à Bône.

A bientôt Larbi " MOFANNABI "
Hammoudi
 
  

posté le 09-Sep-2011 15:41     envoyer un email a Hammoudi                     

Bonjour à vous les Bônoises et Bônois, a Suzon et Yves ...je manque un peu de vos nouvelles pour retrouver la joie de notre enfance ... retomber un peu dans l'ambiance d'antan... pour ne pas perdre le contact... j'espère que vous allez bien... ici à Amiens il pleut...rire...ha si pouvait mettre une goutière géante pour envoyer toute cette eau vers le sahara... vous êtes des veinards ... je pense que dans le sud il doit faire beau...pour reprendre l'histoire de nos jeux d'autre fois ...suite... les fléchettes que l'on faisait avec des plumes sergeant major et du papier que l'on plier et le tube du stylo qui devenait une sarbacane avec du papier buvard que l'on machait...la nostalgie revient de temps en temps.

à bientôt Larbi 
Jean B
 
  

posté le 15-Sep-2011 17:38     envoyer un email a Jean B                     

Au lycée St Au, on jouait aussi à plante couteau. Comme c'était interdit, on y jouait dans la cour la plus éloignée des yeux du Surgé.   On traçait un cercle par terre et on lancait le couteau pour le planter dans le cercle. Quand il se plantait correctement, on traçait une ligne dans la direction marquée par la lame, celà délimitait 2 zones du cercle, on en choisissait une qui devenait son territoire. Chacun essayait à tour de rôle de grignoter le territoire de l'autre... Celui dont le territoire ne faisait plus que la largeur de 2 doigts avait perdu. Mais tous les doigts n'ayant pas la même largeur, c'était des discussions épiques...                          Je me souviens aussi d'une sorte de "ballon-prisonnier" joué avec non pas un ballon, mais une balle de tennis, dont les trajectoires étaient incomparablement plus tendues et plus rapides, au point de faire un peu mal quand on était touché... Ceux qui avaient des bras de Raphael Nadal étaient trés rechechés, car il ne faisait pas bon jouer contr eux !                        Je me souviens d'un interne passionné de foot. Le soir pendant les interminables études, il créait deux colonnes sur une page, avec les noms des clubs de foot prestigieux de l'époque. Il y avait déjà le Réal et l'Ajax, mais il en connaissait au moins cinquante !. Puis il ouvrait un livre au hasard, et le n° de la page lui donnait le nombre de buts de chaque équipeicon3.gif. Il faisait ensuite rencontrer les vainqueurs, 16éme de finale, huitième, quarts, demis... il y passait des heures ! Comme il écrivait, ouvrait et fermait un livre avec l'air concentré, on croyait qu'il travaillait....                          Yves a raison, l'imagination n'avait pas de limite !icon7.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
karim
 
  

posté le 05-Oct-2011 12:20     envoyer un email a karim                     

Bonjour à tous les bonois.Je voudrais remercier tous les étudiants qui ont fréquenté l'IMMA :(l'institut minier et métallurgie de Annaba en1971 et en particulier les bonois.Je voudrai aussi porter à votre connaisse qu'il existe aussi une une grande famille qui s'appelle hamoudi àKoléa.en ce qui concerne les jeux:il ya le jeu de la terre qui consiste à choisir un morceau et à le tracer comme on fait avec un terrain de boule.faire un carré ou un rectangle.la partie se joue entre deux joueurs avec un couteau que l'on plante àtour de role.à chaque coup,on trace un trait pour diminuer de la longueur du terrain le vainqueur serait le dernier qui arrive partager le dernier carré.Régle du jeu :celui qui lance le couteau et qui n'arrive àle planter doit céder la place laplace àson adversaire.
Hammoudi
 
  

posté le 01-Jan-2012 00:50     envoyer un email a Hammoudi                     

BONNE ANNEE ET BONNE SANTE 2012 A TOUS SANS OUBLIER LES ENFANTS ANNABÔNOIS D'HIER ET D'AUJOURD'HUI.
Ajouter une réponse


Retour au site Koléa-Bône.Net